« Linked Out », un nouveau réseau social pour trouver un emploi aux plus démunis

Le test a été lancé début juillet 2019, à Paris. Le réseau Entourage a créé “Linked Out”, un réseau social sur lequel les profils de personnes précaires sans emploi sont diffusés.

« Créer du réseau à ceux qui n’en ont pas », voilà le credo martelé par Jean-Marc Potdevin, président du Réseau Entourage. Depuis 2016, il met voisins et sans-abri en relation, via une application. Le 4 juillet 2019, l’association a lancé Linked Out. Sur ce réseau social, vous trouverez les CV de personnes à la rue ou précaires.

L’objectif est de « viraliser » leurs profils pour leur trouver un emploi. https://actu.fr/societe/linked-out-nouveau-reseau-social-trouver-emploi-plus-demunis_26118170.html 

00 offres pour les premiers inscrits

Pour l’instant, il n’y a que 15 profils sur le site, le temps de l’expérimentation réalisée à ParisLinked Out est en phase expérimentale, explique Jean-Marc Potdevin, qui cherche à « valider une intuition » :

On voit beaucoup de personnes avec des compétences via Entourage, qui n’ont pas le réseau pour trouver du travail. En novembre, j’ai testé avec Kenny, son CV a été partagé 200 fois.

Originaire de Seine-Maritime, passé par l’aide sociale à l’enfance et en foyer, Kenny cherchait un job pour mettre fin à cette « période compliquée ». Grâce à « l’ami d’un ami » de Jean-Marc, il a signé un CDI comme cyclo-vendeur en janvier qu’il occupe toujours.

Avec ce nouveau réseau social, Jean-Marc Potdevin et l’équipe d’Entourage cherche à « industrialiser la démarche ». L’idée ? « Ouvrir son réseau en viralisant les CV sur les réseaux sociaux. » Depuis le lancement début juillet, le président bénévole d’Entourage assure avoir été « submergé » de propositions : « On a eu 400 offres, Abdul commence un CDI le 12 août, une deuxième attend une réponse. »

Entourage@R_Entourage

Entourage lance : boostez la visibilité des CV de personnes en précarité ! Ensemble, prouvons qu’on peut trouver un job à ces 15 personnes qui en ont vraiment besoin. Un partage peut tout changer : http://www.linkedout.fr 

Vidéo intégrée

369 personnes parlent à ce sujet

« On ne cache pas la galère, on assume »

Le temps de traiter ces données, Linked Out ne publie pas d’autres offres. « On verra vraiment le résultat en septembre », temporise-t-il. Chacun des 15 profils vient du réseau Entourage. « C’est le point de départ, rien ne se fait sans rencontre, sans lien de confiance. » Pour augmenter la viralité des CV, leur conception a été « repensée », explique Jean-Marc Potdevin :

Dans le CV d’un sans-abri, il y aura des trous. Là, on met une belle photo sur un tiers pour humaniser, on ne cache pas la galère, on assume, et on met en avant les compétences humaines.

Pour préparer les 15 candidats sélectionnés depuis le printemps, « ils ont passé des entretiens à blanc avec un coach bénévole ». Le parcours d’accompagnement s’est aussi construit avec des associations et entreprises : « Emmaüs qui en accompagne déjà certains, la Cravate solidaire qui relooke pour les entretiens, la société d’intérim Randstad qui va nous aider pour du conseil. »

« Beaucoup d’espérance » pour la suite du projet

De nouveaux profils seront diffusés au lancement de la deuxième version, en préparation pour décembre 2019 ou janvier 2020. « On veut en prendre plus, lancer Linked Out sur l’application Entourage pour que candidats et coachs puissent échanger », assure Jean-Marc Potdevin. Les 400 offres reçues en moins d’un mois lui ont donné « beaucoup d’espérance ».

Dans un troisième temps, l’ancien vice-président de Yahoo né à Roubaix (Nord) veut déployer Linked Out hors de Paris mais ne « se fixe pas de calendrier ». Dans les Hauts-de-Seine d’abord, où Entourage est déjà présent à La Défense. Les autres villes ciblées sont celles dans lesquelles le réseau social, qui revendique 70 000 comptes ouverts, est implanté : LilleRennesLyon et Grenoble.

D’ici là, Mohammed, Manuel, Anaïs, Miah, Guja José, Cheick, Laith, Nabil, Abdenour, Zulfuye, Jamal et Mardoche auront certainement trouvé un emploi. Jean-Marc Potdevin en est persuadé, « un partage peut tout changer ».